D’une certaine manière, la démocratisation de l’Internet a aussi favorisé la propagation des cyberattaques. Chaque jour, une multitude d’informations et de données transitent via les canaux numériques. Les risques de les voir subtilisées, modifiées ou supprimées sont de ce fait élevés d’autant plus que les hackers utilisent des méthodes parfois furtives et insoupçonnées pour vous berner et vous arnaquer.

Une session du client détournée par le hacker

Le détournement de session figure parmi les attaques Mit M les plus fréquentes. Pour ce faire, le cybercriminel agit au moment où le client effectue une connexion sur un serveur. L’appareil du hacker s’empare alors de l’adresse IP du client, déconnecte ce dernier avant de poursuivre la session. Le cybercriminel aura dans ce cas interverti les IP, changé le nom de domaine et volé les numéros de séquence du client. Pour vous en protéger, supprimez toujours les cookies et historiques de navigation après chaque session. Sinon, vous pouvez utiliser la fonction PHP session_regenerate_id(). Avec cette dernière, vous recevez un nouveau numéro pour votre prochaine session, empêchant ainsi le hacker d’accéder à vos données.

Un mot de passe craqué

L’authentification d’une identité passe toujours par la fourniture d’un mot de passe propre à l’utilisateur. Mais il se peut que le cybercriminel subtilise votre mot de passe en surveillant constamment vos connexions. Pour cette raison, lorsque vous ouvrez une session, utilisez toujours le mode d’insertion chiffrée de vos mots de passe. Le hacker peut aussi utiliser un dictionnaire de mots de passe pour tenter d’accéder à votre compte. C’est pourquoi il est impératif de toujours choisir des mots de passe difficiles à deviner et qui n’ont aucun rapport avec votre nom, votre âge, etc. Lorsque vous créez un mot de passe dans ce cas, combinez des caractères spéciaux avec des chiffres et des lettres (en majuscule et en minuscule).

Les écoutes illicites sur le trafic réseau

Le cybercriminel peut effectuer des surveillances et des écoutes clandestines sur le trafic réseau. Cela lui permet d’intercepter les communications et échanges effectués sur les canaux digitaux. Si vous utilisez un serveur ou un réseau qui n’est pas correctement sécurisé, le hacker peut facilement obtenir vos identifiants, votre numéro de carte bancaire, etc. Mais même lorsque vous effectuez une connexion en HTTPS, le cybercriminel peut facilement modifier votre requête en HTTP. Pour éviter que cela ne se produise, passez par le protocole HSTS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *